Chaîne Online News

Actualités en ligne / News On-Line

Indonésie - Firdaus Siddik

Portrait du Bailli Délégué

Nous avons tous des histoires à raconter et lorsqu’on gratte à la surface, les récits ainsi révélés ne sont parfois rien moins qu’envoûtants. Tel fut le cas avec Firdaus Siddik, Bailli Délégué d’Indonésie, comme j’ai pu le réaliser en passant quatre journées délicieuses en sa compagnie et celle de sa famille dans son extraordinaire demeure de Bali.

Encore jeune garçon, fils d’un Ambassadeur d’Indonésie, Firdaus avait un ami proche, un prince du Moyen-Orient que je désignerai sous le nom de George. Ensemble, les deux garçons apprirent l’importance de la science et des nombres, ainsi que celle de l’amitié et de la fraternité. À l’âge de 12 ans, Firdaus fut officieusement adopté par une princesse thaïlandaise qui l’envoya étudier en Suisse. Firdaus et George furent séparés.

Firdaus ayant fait des études particulièrement brillantes au lycée, la princesse insista pour qu’il rejoigne l’université d’Oxford, où il choisit d’étudier la politique, la philosophie et l’économie. Grâce à ses vastes ressources et relations, la princesse s’assura que Firdaus soit logé dans le bâtiment le plus prestigieux. Il se souvient avoir traversé ce lieu remarquable, le nom des occupants de chaque chambre figurant sur les portes : des sirs, des lords, des princes, et un certain M. Firdaus Siddik. Mais qui était cet homme ?

Firdaus est un gentleman. Il parle doucement avec d’excellentes manières qui témoignent de son rang.

Mais même avec ses costumes sur mesure, ses appartements remplis de toutes les tenues nécessaires pour sortir et organiser des soirées, il était traité comme un outsider, toute tentative de se créer des amitiés étant repoussées.

Ceci dura sept longs jours. Un garçon courtois, gentil et intelligent, bien vêtu, cultivé, mais un garçon cependant inconnu donc ignoré.

Tous les jours, il assista seul à ses classes. Il prit ses repas seul. À la fin de la semaine, il se sentait misérable.

À l’heure du dîner le huitième jour, son désespoir fut interrompu par un jeune homme extraverti du Moyen-Orient, une des personnes les plus populaires.

« Dites-donc, ne connaîtriez-vous pas un certain Firdaus Siddik ? » demanda l’étranger.

« Je suis Firdaus Siddik », répondit-il doucement.

« C’est bien ce que je pensais, Firdaus. C’est moi, George ! »

George présenta Firdaus à toutes ses connaissances et il ne fallut que quelques jours pour que le bar de sa chambre doive être constamment réapprovisionné. Il fut accepté par ses pairs et sa vie changea du tout au tout.

Des aventures magnifiques s’ensuivirent : il sortit avec la fille de Gene Kelly ; il prit le thé en compagnie de Yul Brynner ; il alla poursuivre ses études en France à l’INSEAD ; il retourna chez lui en Indonésie et devint le plus jeune associé de Price Waterhouse en fondant PW Siddik, jouant un rôle clé dans l’établissement de la nouvelle économie indonésienne dans les années 1980, le développement des entreprises et des écoles, de même que les intérêts mondiaux qui contribuèrent à l’expansion de son cher pays.

Nous avons tous une histoire et l’amitié y occupe toujours une place centrale. Voici l’une d’entre elles.

Deanne Tindale, Vice-Chargée de Presse, Bailliage d’Outre-Mer (Indonésie)

Partners